Automatische Fütterungsraufe

Ouvrez le jabot

Avec l'aimable autorisation de Florian Brauchli, éditeur de la Pferdewoche, nous sommes autorisés à publier l'article "Raufe öffne dich" ici sur le blog. Il a été publié dans le numéro 11/21.

Vor 8 mois

Les râteliers automatiques de la société "B+M Haus- und Agrotech AG" à Densbüren sont un développement interne. "Il y a plus de dix ans, des clients nous ont fait part de leur désir d'avoir un râtelier à foin automatisé", explique Roger Meyer, directeur général de "B+M AG". "Nous avons donc commencé à bricoler et avons pu lancer la première "station d'alimentation" en 2012." Toutefois, au cours des dix dernières années, le produit a fait l'objet d'un développement continu. "C'était nécessaire, notamment parce que les chevaux sont extrêmement inventifs. Ils trouvent toujours de nouveaux moyens de s'emparer de quelques tiges de nourriture. Beaucoup de choses ont été essayées, beaucoup n'ont pas fonctionné", dit Meyer. Mais en attendant, ils sont très satisfaits et le râtelier fonctionne parfaitement.

La construction

Le râtelier à foin "B+M AG" est fabriqué en fer galvanisé à chaud, ce qui le rend très stable. Tous les barreaux sont arrondis afin qu'aucun cheval ne puisse se blesser. Quatre panneaux de grille sont montés sur un plateau métallique renforcé, à travers lequel les chevaux peuvent atteindre le foin situé au milieu. Un côté peut être ouvert pour placer les balles de foin dans le rack. En fonction du nombre de chevaux, un ou plusieurs côtés peuvent être recouverts d'un panneau en bois. "La règle de base est d'avoir deux fois plus d'entrées de muselière que de chevaux. Ainsi, chaque quadrupède peut manger en paix et n'a pas à se battre pour sa nourriture", explique M. Meyer. Chaque côté ouvert est équipé d'une bâche renforcée par des entretoises métalliques. Un moteur tubulaire soulève et abaisse le déflecteur, permettant ou empêchant l'accès au foin. Le déflecteur se déplace dans un rail de guidage, qui est lui-même fixé par des couvercles en caoutchouc. " Le rail de guidage empêche le cheval de repousser la toile sur le côté pour manger. Il en va de même pour les appareils dentaires en métal. Ils empêchent le cheval d'atteindre le foin par le dessous de la chicane", explique Michael Huber, représentant des ventes chez "B+M AG" et cavalier de course actif. Pour garantir que le foin est protégé de l'humidité à tout moment, chaque râtelier à foin est vendu avec un toit.

Comment cela fonctionne

"Le râtelier à foin automatique est principalement utilisé dans les logements collectifs", explique M. Huber. "C'est un énorme gain de temps. Il y a beaucoup de nourriture en un seul endroit. En raison des intervalles, les chevaux ont toujours de la nourriture mais ne mangent pas toujours. Cela aide les ulcères d'estomac et les coliques. Des petites portions régulières d'aliments tout au long de la journée sont beaucoup plus conformes aux habitudes alimentaires naturelles des chevaux." Un filet autour des balles de foin permet également de réduire les pertes de nourriture et d'occuper les amis à quatre pattes. Ils arrachent tige par tige du filet, mangeant ainsi plus lentement, ce qui a un effet positif sur la santé.

Le contrôle du temps

Les moteurs tubulaires qui ferment le râtelier sont reliés à un boîtier de commande qui fonctionne sur une tension de 230 volts. Cette boîte est placée dans l'étable et ses réglages de base ouvrent le râtelier à foin sept fois par jour - aux heures suivantes : 1 heure, 10 heures, 12.15 heures, 14.30 heures, 16.45 heures, 19 heures et 22.15 heures. Après exactement 30 minutes, les pistes de toile se referment. "La plupart conservent les paramètres de base, mais il est bien sûr possible de les personnaliser", explique Roger Meyer. "Les moteurs fonctionnent assez silencieusement, mais au bout d'un certain temps, ils font l'effet d'une sonnette", ajoute Michael Huber.

Le coût

Les râteliers automatiques ne sont pas bon marché, mais les économies de temps et de travail sont énormes. Le râtelier de deux mètres sur deux, pesant 600 kilos, coûte environ 10 000 CHF chez "B+M AG", le râtelier de deux mètres sur trois, pesant 800 kilos, coûte environ 12 000 CHF. Lorsqu'une commande est passée, la construction doit d'abord être assemblée et est ensuite livrée prête à l'emploi dans un délai de deux à trois semaines. "Les réactions des clients sont extrêmement positives", se réjouit M. Meyer. "Aucun des clients n'a voulu le donner à nouveau."

La pratique

Roman Spieler dirige depuis 2015, avec sa femme, l'exploitation de chevaux islandais Lieburg à Esslingen ZH. Depuis 2016, il s'est appuyé sur un râtelier à foin automatique. Les 45 chevaux islandais de la ferme reçoivent leur foin du produit "B+M". "Nous sommes tout à fait satisfaits, le râtelier à foin automatique s'intègre parfaitement à notre exploitation", déclare M. Spieler. Les chevaux sont répartis en groupes de dix à douze amis à quatre pattes. Chaque groupe dispose d'un côté long du râtelier de douze mètres de long, soit 20 places d'alimentation pour dix à douze chevaux. Tous les trois jours, M. Spieler remplit les paddocks d'une grosse botte de foin et la distribue dans tout le paddock. À cela s'ajoute un filet, qui oblige les chevaux islandais à manger plus lentement. "Les horaires d'ouverture de l'abreuvoir sont complètement différents de ceux de la ferme. Nous n'avons que cinq intervalles par jour, mais les draps sont ouverts plus longtemps, entre une heure et demie et quatre heures. "Nous avons divisé les groupes en fonction de leur aptitude au fourrage. Avec une faneuse automatique, il faut connaître ses chevaux et le groupe est le plus homogène possible", explique l'homme de 35 ans. Il a été facile de s'habituer au système, affirme M. Spieler. Seuls les nouveaux membres du groupe qui ne connaissaient pas le râtelier à foin automatique l'ont trouvé un peu effrayant au début. "Ils ne savaient pas qu'ils devaient passer la tête à travers les barreaux pour accéder à la nourriture." Jusqu'à présent, rien ne s'est cassé, se réjouit le Zurichois.